Durée du traitement d'entretien par rituximab : l'avis du GFEV

Suite à la communication des résultats de l'essai MAINRITSAN 3, montrant la supériorité d'un traitement d'entretien par rituximab de 4 ans comparativement à 2 ans au cours de la GPA et de la PAM, le conseil scientifique du GFEV propose aux cliniciens prenant en charge des vascularites à ANCA les orientations thérapeutiques suivantes.

Un traitement d'entretien par rituximab pour une durée de 4 ans sera proposé :

  • Après une première poussée ou une rechute aux patients ayant une vascularite ANCA-PR3 en immuno-essai (à l'exception des formes ORL pures).
  • Après une rechute aux patients ayant une vascularite ANCA-MPO en immuno-essai ou sans ANCA, avec une atteinte sévère (FFS>0).

Un traitement d'entretien par rituximab pour une durée de 2 ans sera proposé :

  • Après une première poussée aux patients ayant une vascularite ANCA-MPO en immuno-essai ou sans ANCA, avec une atteinte sévère (FFS>0), car il n’y a pas d’argument suffisant actuellement pour prolonger le traitement d’entretien par rituximab au-delà de 2 ans.

Il n’y a pas d’argument pour proposer de traitement d’entretien chez les patients avec ANCA-MPO en immuno-essai ou sans ANCA et sans atteinte sévère (FFS=0).

Dans tous les cas, l'analyse de la balance bénéfice/risque devra s'évaluer individuellement, en prenant en compte d'une part l’âge du patient et ses comorbidités, et d'autre part le risque fonctionnel et/ou vital de la rechute éventuelle.